Revelessencedefemme, je revele mon essence de femme

Revelessencedefemme, je revele mon essence de femme

Films inspirants


Le temps des Bûchers (documentaire 2/2)

il_570xN.279106416 (1).jpg  

Photo « Réunion de Beltane » ~ de la peinture acrylique originale par Emily Balivet, 2011. 

 

Voici le deuxième volet du documentaire  dont je vous ai partagé la première partie  ce matin,  intitulé  "sur les traces de la déesse".

Ici,  accrochez vous, c'est plus violent  et vous serez connectées  à  la blessure du féminin par la société patriarcale  mais le documentaire nous  rapproche aussi de notre sagesse du féminin sacré, de ces  "sorcières" et leur  rend un  bel hommage.

Quel crime ont elles commis  ?  Quel est ce  dieu cornu,  surnommé diable  avec qui elles pactisaient  ?  Comme les  cathédrales phalliques  tournées vers le ciel ont  été construites sur les hauts lieux telluriques paiens pour les cacher et les recouvrir, les faire oublier ,  les sorcières , ces femmes sages et sages femmes,  ont été  sacrifiées sur l'autel  afin  de nous faire oublier  leurs connaissances et leur profonde reliance à un culte ancestral, celui de mère nature.  

Leur dieu cornu  n'était pas le diable s'il existe, mais  plutôt  Pan,  Cernunnos ou encore  Belenos et autres noms selon les pays,  selon les formes qu'il prenait. En effet, comme la déesse mère qui  a trois visages,  la jeune fille,  la mère ou la vielle femme , ce dieu  qui n'est relié au ciel que par l'astre solaire qu'il incarne, bien terrestre, animal et en lien avec  la nature, prend  différents visages  de l'adolescent,  l'homme  et le vieillard.  Si la Déesse  est  plutôt liée à l'eau et le monde végétal, la lune, il est plus lié  au feu et  au règne animal, au soleil.  Il porte  l'atour  des cornes de cerf ou plus rarement du bélier et ainsi ce  masculin sacré  auquel se mariaient nos soeurs  "sorcières"  n'était diable que  dans la bouche  des  inquisiteurs, mais plutôt  finalement  l'ancêtre de Lucifer,  (lux lumière, ferre, porter), le porteur de lumière démonisé  afin  de nous couper  de notre masculin  primordial et nous relier à  un masculin plus éthéré, plus patriarcal,  le Père barbu  remplace ainsi  le dieu cornu  Sourire .... dans la violence  ....

Ainsi  puisque tout ce qui est à l'extérieur est le reflet de l'intérieur,  cette chasse aux sorcières ,  n'est que le reflet de  la blessure de notre féminin  primordial , coupé  de son  masculin sacré. Ainsi  Lilith , notre femme primordiale (j'en parle dans mon audio  ici    )  a été chassée du  paradis,  alors qu'elle était l'égale de l'homme  et démonisée, ainsi  une  femme avatar, Eve  a été crée de toute pièce  par l'homme,  ainsi  Adam s'est coupé de son anima et la cherche encore,  ainsi  nous femmes  transformées en Eve pour nous faire oublier notre "sorcière" intérieure, nous retrouvons nous  quand nous mangeons la pomme de la connaissance tendue par Lilith. C'est ainsi que  nous nous reconnectons  à notre féminin  sauvage et  nous marions  en nous avec un masculin  plus  proche et plus respectueux de nous  "m'aime",  pour Lilith  elle l'a trouvé en  Samael , démonisé  aussi ,  son dieu cornu  Sourire,  son porteur de lumière, ainsi  j'ai retrouvé le mien,  bien loin  des concepts  prônés par le  masculin  patriarcaL Les sorcières ont été brûlées  pour ce pacte avec le diable qui  n'en était pas un , afin qu'elles deviennent les descendantes d'Eve,  et non celles de Lilith et se marient avec des  masculins en elles et  avec elles qui ne sont pas  leur  véritable masculin sacré.  La sorcière est morte  et  la femme s'est constituée une image  façonnée par les hommes au pouvoir  ... mais au fond  d'elle ,  sait elle , ressent elle qu'elle n'est pas cette icône ?  Elle le découvrira en chemin  ......  par son  intuition qui la relie  à la  "sorcière".

La sorcière  est un archétype vivant en chacune de nous,  elle n'est pas  la  méchante fée au nez crochu, pendant  du cornu dont on  l'a affublée, mais  nous la visitons dans nos cycles féminins chaque mois par exemple.  Elle est  la phase des  règles ,  où la femme est profondément connectée  à son intuition et sa sagesse,  où elle  se replie dans ses ombres pour mieux se  retrouver ....  Elle est aussi  pour la terre, sa phase hivernale, quand elle se replie  en automne vers ses profondeurs (la samain correspondant à halloween ou la toussaint) jusqu'au  solstice d'hiver où la lumière revient (qui bizarrement correspond  à la naissance de Jésus,  alors qu'auparavant c'était la fête paienne  de yule  où la déesse passe  de sa phase  "sorcière" à sa phase  mère et enfante son nouveau né solaire)  .  Enfin pour la lune,  elle est la phase lune noire  qui nous incite à regarder  nos ombres, la face cachée de la lune ...

 

J'aime profondément  ces femmes  et  j'ai tenu  à faire  un peu vérité en écho de ce documentaire,, elles me touchent car  elles sont moi, nous.  Peut  être  et certainement  vu les milliers de femmes brûlées vives et torturées pendant  cette période de  400 ans,  avons nous une  ancêtre  qui  en était une,  ou bien  notre ancêtre  était l'enfant qui regardait sa mère brûler et qui peut  être a cru par peur  que sa mère était  mauvaise, peut être  que nous avons oublié consciemment mais  pour moi,  cette femme  est bien présente et j'aime  à  l'écouter et la faire vivre dans mes phases  lunaires  et saisonnières.  J'aime écouter ses conseils de femme sage en  moi, j'aime  quand elle  m'aide  à accoucher de mon  âme et me rappelle  à mère nature.  La meilleure façon de  les faire revivre n'est pas  de leur construire un monument  à leur mémoire mais bien d'activer en nous  leur mémoire  toujours vivante.

 

Je suis particulièrement touchée dans mon histoire personnelle par cette blessure  que porte en lui le masculin du patriarcat  qui s'est ainsi coupé de  sa force féminine  lui même  et  par cette blessure  qui  touche également le féminin.  En effet,  au niveau symbolique donc inconscient, c' est le reflet  dans mon vécu, de mon rapport au patriarcat, d'un père  qui  m'a appris toute petite l'autorité, la punition  ...  la peur  et cette  rebellion  qui montait en moi,  puis  comme rien n'est hasard un autre père, celui de mes enfants m'a  rappelé cette blessure que j'avais fuie. C'est  en pardonnant  la mémoire qui me reliait  à mon père  puis  en transmutant  mon masculin ombre,  bien présent en moi, reflété par le miroir  que me renvoyait  le père de mes enfants, que je m'en suis sortie, grâce à une nouvelle séparation. Ainsi ,  ce féminin blessé que je portais en moi a été  guéri  en grande partie, dans la dimension de la petite fille,  dans celle  de la  mère,  celle de la femme et enfin celle de la sorcière  (la femme sage) qui a pu enfin  voir le jour et renaître,  se reconnecter  à son  intuition et sa connaissance intrinsèque.  Ainsi ,  j'ai pu me reconnecter  à un masculin sacré  intérieur qui  m'est propre, ressemble plutôt à l'homme nature qu'au père céleste, et ne revêt pas le vêtement  de l'inquisiteur  ou  du dogme. Ainsi l'homme dans son masculin ombre  rencontre à nouveau la  sorcière et rejoue  ce jeu  qui n'est pas terminé pour l'humanité, ainsi  il peut la brûler  à  nouveau  et la persécuter et l'affubler de toutes les fautes qu'il se reproche encore, ainsi  peut  être trouvera  t'il un jour  son anima, sa femme intérieure primordiale, ainsi  se reconnectera t'il par le coeur , derrière son  armure d'égo ou  sa soutane d'inquisiteur,  à son masculin sacré  et dansera t'il  dans l'herbe avec  sa sorcière  .... Ainsi,  nous portons en  nous des mémoires et  ce que nous vivons n'en est que le reflet , ainsi  chaque femme pourra  se libérer et chaque homme de même , à travers ses histoires personnelles .  

 

Voici l'hommage que  je rends  à la  "sorcière" qui vit en moi et à toutes ces femmes, et voici le documentaire annoncé  ......

Sur la photo  que j'ai choisie en haut pour  illustrer l'article,  c'est pour rester sur une note d'espoir et de réconciliation que procure le sacre de Printemps. Ici Beltane consume  le mariage sacré entre  la déesse et le dieu, entre  masculin  et féminin, le feu les unit, solaire, ardent, lumineux, alchimique  c'est  le seul bûcher que je souhaite  à toute femme et que l'on me brûle si cette vérité qui est mienne  ne vous parle pas  Sourire .  C'est pour nous recentrer sur nos racines et  la terre mère , le moment où  le  féminin devient plus yang,  le moment où  du plus profond  de la terre, la sève emprunte le chemin du ciel et va ainsi remonter pour animer  la végétation,  reveiller la nature, afin qu'elle puisse profiter du  soleil qui arrive  et  pousser vers le haut. Ainsi  c'est un délicieux mariage  d'énergies  yin  car elles viennent  de la terre  portées par un élan  yang,  voici le vrai moteur masculin  du féminin, celui  qui  porte  et accompagne  le réveil de la déesse .

 

signature programme je révèle mon essence de femme.png

 

temps_des_buchers.jpg     LE  DOCUMENTAIRE 

 

 

  • Réalisé par Donna Read
  • 56 min 15 s
  • SYNOPSIS

Long métrage documentaire rendant hommage… aux sorcières. Celles d'hier, contre qui l'Église et l'État se sont acharnés, d'un commun accord; celles d'aujourd'hui, qui professent un retour à la connaissance de la déesse primitive, harmonie pacifique de toutes les formes de vie. Faisant suite à  Sur les traces de la déesse, ce film constitue le deuxième volet d’une réflexion sur la spiritualité des femmes.

Le temps des bûchers par Donna Read, Office national du film du Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps des bûchers par Donna Read, Office national du film du Canada


08/04/2015
9 Poster un commentaire

Sur les traces de la Déesse (documentaire 1/2)

deesse-mere.jpg 

Vénus de Willendorf, Paléolithique supérieur, vers 24 000–22 000 av. J.-C.

 

 

 

Au commencement et pendant environ  30  000 ans , Dieu était une femme  .... Ce film date un peu mais  il nous plonge  dans nos racines inconscientes , secrètes , oubliées  qui depuis  un certain temps ressortent , tel un atavisme,  par le féminin sacré en chaque femme.  

Elles  étaient prêtresses,  guérisseuses,  prophétesses,  en  profond lien avec mère nature et elles sont là encore et s'expriment selon nos diversités en chacune de nous. Elles sont notre héritage que nous pouvons honorer , ignorer encore ou refuser ...  Elles étaient l'égale des hommes et vivaient en harmonie avec eux.  Le patriarcat a profondément blessé  le féminin mais  telles les amazones guerrières , les premières résistantes, qui ont disparu,  et sont devenues légende,  le féminisme guerrier évolue vers un féminin plus harmonieux et soucieux  de  remettre ses valeurs profondes au goût du jour tout en intégrant  son masculin sacré. 

Pour moi,  je ne le savais pas dans mon mental mais mon corps et mon inconscient  me l'ont rappelé,  un jour de lune bleue,  pieds nus  dans l'herbe, je me suis sentie de danser, cette énergie m'a connectée à la lune, la terre  et le ciel  et depuis , devenue moon mother  puis femme lumière .... je transmets le message à qui ressent l'appel  de la femme primordiale en elle.  Il n'est nul besoin de chercher, juste comme une princesse endormie , de la réveiller ....

Mon chemin a démarré  il y a maintenant  5 ans et  je perçois qu'il cheminait en moi bien avant inconsciemment ... En  me rappelant , à travers justement ce documentaire par exemple, les mots gravés sur le temple de Delphes "connais toi toi même et tu connaîtras l'univers des dieux",

ces mots qui m'ont invitée il y a quelques années à chercher .... ces mots  profondément ancrés en moi et que j'attribuais  à une spiritualité masculine ... dans ce doc, j'ai découvert qu'ils étaient la sagesse de la déesse ... elle me soufflait déjà ......

et puis  les prénoms de mes filles, l'une  Sibylle (la prophétesse), l'autre  Sélène  (reliée  à la Lune)  choisis inconsciemment il y a 17 ans et 10 ans,  aujourd'hui me parlent  de moi  et de mes choix  déjà guidés  même sans le savoir .....  ou encore mon prénom  choisi par ma mère comme un héritage message transgénérationnel  : Elisabeth, qui est l'union entre Eli  (le dieu masculin du ciel) et Beth  (le sanctuaire, temple ou matrice du féminin) quel beau chemin que d'unir en soi ce couple sacré.  Ma mère est lucette (petite lumière)  .  Et vous quel est votre chemin  vers  votre  reliance  au féminin sacré  ?  Comment s'exprime la Déesse  à travers vous  ?  En ressentez vous l'héritage  ?  Comment  s'est exprimée votre lutte d'amazone  ?  Comment vous réconciliez vous  en vous  avec vous et vos soeurs dans ce profond lien de sororité  ?  

 

Je vous laisse en compagnie de ce doc  qui j'espère vous  fera voyager au coeur de votre terre,  les yeux tournés vers le ciel et peut être un peu dans la lune  Sourire .  

 

signature revelessencedefemme.png

 

 

 

 

 

 

 

LE DOCUMENTAIRE 

 

  • Réalisé par Donna Read
  • 54 min 29 s
  • SYNOPSIS

Ce long métrage documentaire, qui donne la parole à des féministes érudites et militantes, est aussi un hommage aux géniteurs des civilisations occidentales pour qui le culte de la déesse semble avoir été au centre du système de valeurs modelant leur vie quotidienne. Par-delà 35 000 ans d'histoire, ces valeurs ont aujourd'hui une résonance particulière, car elles sont perçues par plusieurs comme seules garantes de notre survivance collective. Le film Le temps des bûchers  constitue le deuxième volet de cette réflexion sur la spiritualité des femmes.

 

Sur les traces de la déesse par Donna Read, Office national du film du Canada


07/04/2015
4 Poster un commentaire

Zaïna, cavalière de l'Atlas, film inspirant : la victoire du Féminin (partage du film et analyse)

ZAINACAVALIEREDELATLAS_web-300x195.jpg

Je souhaite aujourd'hui vous partager un film qui m'a beaucoup inspirée. Je vais vous en parler un peu mais auparavant je vous confie que personnellement, j'ai ancré profondément en moi l'image de la fin, celle où cheveux au vent, Zaina, galope, ne faisant qu'une avec le corps du cheval et gagne la course. C'est une ancre pour moi qui symbolise la liberté, la victoire de la puissance du féminin, qui repose sur des valeurs telles l'amour, la force intérieure, la beauté, le don, l'union, la réconciliation, toutes ces valeurs féminines que le monde a besoin de cultiver et développer.

Cette victoire ne peut vivre au grand jour, vous le comprendrez en visionnant le film, qu'avec le soutien de nos soeurs. En effet, cette course est masculine et ici les femmes l'ont soutenue afin qu'elle puisse se faire en pleine lumière. Cette image est pour moi très forte et si un jour j'ai un quelque doute et que j'ai besoin de me connecter à cette puissance, j'incarne dans mon corps, mon coeur et mon âme, cette image vivante et tout reprend sa place dans l'énergie de la vie qui nous porte vers cette victoire .......... qui n'est qu'un début d'une autre histoire, celle qui commence justement après cette étape de la victoire arrachée dans l'ETRE.

images (3).jpg

Ce film m'a fait vibrer car il véhicule des symboles très forts et chers à mon coeur. Vous y retrouverez dans le personnage de la mère, la femme blessée, une femme pourtant merveilleuse et forte, puissante guérisseuse détentrice de la connaissance, qui a elle aussi gagné cette course de chevaux mais que le masculin  a rejetée. Pour s'en sortir, elle a confié sa vie à un autre masculin, qui l'a emprisonnée et étouffée et finalement tuée par un amour prison, un amour passion, un amour qui possède et ne libère pas, cet homme n'était pas maître de son désir, donc ne canalisait pas sa pulsion de vie, il s'agissait de ce masculin négatif ... qui ne sait pas et souffre ........ Pour son malheur, ce féminin a cherché à l'extérieur de lui son sauveur, elle a confié son destin à un homme qui ne lui a pas assuré protection mais bien la mort. C'est ainsi que nous sommes invitées chères femmes, même dans la difficulté à rechercher notre sauvegarde en nous et non en confiant à un homme de ce monde notre salut. Aucun homme ne révélera votre féminité, elle passe par vous, vous appartient, c'est à vous de la découvrir et ensuite de pouvoir l'incarner et la partager ....

 

Vous y retrouverez le masculin blessé, le premier (le père) qui a rejeté son féminin, alors qu'il l'aimait, juste pour se plier aux règles du masculin patriarcal qui gouverne encore ce monde, juste parce que cette femme avait osé,  et finalement il s'est blessé lui même en se coupant d'une partie de lui. C'est ce masculin là qui a évincé Lilith du paradis terrestre, la femme primordiale qui avait osé demander l'égalité, l'a transformée en sorcière, pour la remplacer par une Eve plus .... conforme et plus soumise .... Il avait oublié peut être qu'un jour la connaissance (le serpent, la kundalini, l'ouroboros) viendrait titiller cette Eve pour lui rappeler ce féminin qu'elle a en elle .... ceci est l'histoire de l'humanité, même symbolisée et diabolisée en peur afin de nous en dissuader Sourire et nous maintenir dans la dualité masculin/féminin plutôt que l'union !

L'autre masculin, le deuxième, lui aussi blessé, est un masculin qui cherche son féminin hors de lui, qui ne sait pas se connecter à son féminin (l'amant qui ne sait pas aimer, le deuxième mari), qui, au lieu d'utiliser sa force d'amour pour se lier avec lui et réaliser son mariage intérieur, utilise la force des faibles, la violence et finalement il se tuera lui même à petits feux dans une quête à l'extérieur de lui pour se raccrocher, porté par un désir fou, à une illusion, un autre féminin, la fille, qui incarnera cet "obscur objet du désir". Il n'utilise pas le désir (qui en fait est l'éros, la pulsion de vie, d'essence masculine et que même nous, femmes, avons à l'intérieur de nous pour nous porter à avancer et agir dans la vie, le Yang) comme une source puissante d'énergie mais il se dévore lui même de l'intérieur par ce désir qu'il ne sait pas chevaucher. Je dis chevaucher car le cheval ici symbolise justement cette pulsion de vie à apprivoiser, diriger, canaliser vers ce que l'on veut vraiment, une force instinctive et animale, celle du premier chakra, le chakra racine.

L-ANDALOU-CHEVAL-DES-ROIS-ROI-DES-CHEVAUX.jpg

 

Enfin la Fille, Zaina, représente, l'espoir, la vie, l'héritage du féminin, qui se transmet et qui finalement sera victorieux. Nous y retrouverons les épreuves qu'elle devra traverser pour y parvenir : le deuil, rompre avec son passé, l'envie de vengeance qu'elle maitrisera, pardonner au masculin, elle le fera au père en comprenant qu'il souffre lui même aussi, le rejet, les conditions de la société basée sur le masculin négatif etc ... Nous y retrouverons les alliés et les ressources semées sur son chemin, tout d'abord l'héritage de la sagesse qu'elle reçoit de sa mère, l'herbier qui symbolise cette connaissance que les femmes se transmettent, le pouvoir de la guérison !! Ensuite, elle aura des alliés masculins, elle découvrira ses talents, ceux intrinsèques qui font partie de son être, comme ce féminin sauvage, celui qui la lie à la pulsion de vie, au cheval et elle apprendra à l'apprivoiser ou encore ce courage, cette force du coeur, cette intelligence, quand elle utilisera la peur des autres pour les vaincre (quand elle incarne la reine Kali qui fait peur à ses ennemis supersticieux et fait rouler la boule de feu à leur poursuite en cheval).

zaina-cavaliere-de-l-atlas-2000-09-g.jpg

 

C'est en réalisant l'union avec son masculin, par l'Amour et le pardon, la compréhension de la blessure de son père, que peu à peu elle se réconciliera avec ce masculin qui l'a abandonnée parce qu'il ignorait son existence, dans l'ignorance donc plus que dans la méchanceté, qu'elle deviendra forte et complète et trouvera son féminin solaire, celui qui rayonne, permet à ses soeurs femmes de trouver leur propre force afin de la soutenir même face au monde masculin.

Forte de la conquête de ce masculin, de l'héritage de sa mère, ce féminin qui coule en elle, auxquels elle ajoutera sa propre essence, ses propres talents, ce mariage intérieur réalisé, elle sera victorieuse. L'homme qui lui arrache le foulard qui la cachait et libère ainsi ses cheveux en fin de parcours, lui permet d'enlever les dernières peaux, l'illusion et c'est en ETANT ELLE M'AIME, sans rien se cacher et cacher, dans sa vérité et libre, qu'elle vaincra dans une course où elle est plus grande qu'elle même portée par la vie, elle la chevauche et gagne. Elle est l'avenir du Féminin, son retour enfin en chacun de nous et chacune de nous.

Il est à remarquer que justement c'est son beau père, le deuxième masculin qui lui arrachera le foulard, c'est ma propre expérience également car c'est mon deuxième mari, un masculin négatif, un "ennemi" (plutôt intérieur en fait Clin d'œil) , c'est cette rencontre éprouvante qui m'a confrontée à moi "m'aime" et m'a permis de me libérer, le hasard n'existe pas, nous rencontrons des personnes qui nous permettent de nous révéler, même si c'est dans la souffrance car nous y opposons beaucoup de résistance.

12.jpg

 

C'est cette image de victoire finale, cheveux libres et au vent, que j'ai justement ancrée et que j'espère vous pourrez contacter en vous.

Je pense que ces symboles, je les vois car je les ai vécus et que je me reconnais dans ce film, comme je reconnais chacune de vous. 

Je vous invite donc à visionner ce film, puis peut être à venir relire ce que je viens de partager pour voir si vous pouvez le contacter en vous.

Ou encore simplement comprendre que tous les évènements de votre vie et ceux là sont votre propre film, ne sont que des projections extérieures de ce que vous vivez EN VOUS, que la guérison est également en vous, c'est votre héritage, vos talents, vos obstacles.

Comprendre que si des hommes vous ont blessée, c'est également qu'ils ont un lourd héritage à porter, qu'ils portent en eux aussi la guérison du féminin mais qu'ils ne la contactent pas, c'est leur coeur, leur propre féminin qu'ils enferment, cet héritage qu'ils portent est une longue lignée d'hommes qui a véhiculé la société patriarcale et étouffé le féminin qui leur fait PEUR, car cette puissance est forte et demande du COEURage. Ainsi ils ont brûlé leur guérisseuse intérieure, les sorcières en projection extérieure et ainsi ils se sont blessés ou même tués eux mêmes. C'est dans cette blessure, pleine de peur, de jugement, d'ignorance, qu'ils ne savent pas et c'est peut être à nous femmes, de les initier, sans les convaincre, juste en incarnant notre propre victoire et en nous réconciliant avec notre propre masculin intérieur blessé.

803069_665x245x665-245q90otop50.jpg

 

Comprendre également que cette victoire ne peut se faire dans la lumière qu'en toute sororité, en s'unissant car en faisant de certaines femmes nos rivales, nous aussi justement, comme ces hommes ignorants encore pour beaucoup, nous nous coupons de notre féminin ombre, nous préférons peut être voir dans nos rivales des projections extérieures alors qu'elles ne sont là que pour nous représenter et nous ramener à mettre en lumière notre propre ombre intérieure, celle justement qui nous fait combattre notre féminin plutôt que de l'unir en nous.  La victoire finale dans le film, ne peut être acceptée par les hommes que grâce au soutien d'un groupe de femmes...

En tous cas c'est mon vécu, j'ai vu dans l'homme mon ennemi, et dans ma rivale mon ennemie, pour finalement découvrir, qu ce n'étaient que mon masculin intérieur négatif et mon féminin ombre ... en me réconciliant avec eux, je suis devenue complète et entière, je suis devenue UN ETRE et aujourd'hui je vous partage tout ceci, en espérant juste vous inspirer, vous donner une petite lumière torche afin d'éclairer les parties de nous cachées par l'ombre. 

 

L'histoire : Film sur la difficulté des femmes, jeunes filles arabes et berbères de monter à cheval.
Salma, la mère de Zaïna, avait participé à une course qui avait lieu à Marrakech tous les 4 ans. Salma s'était déguisée en homme pour être sélectionnée. En gagnant la course, les organisateurs, se rendent compte de la tromperie et lui confisque le titre.
Déshonneur pour Mustapha, mari de Salma, qui la répudie, ne sachant pas qu'elle attendait un enfant.
Plus tard, Salma, épouse un homme assez riche, Omar, qui la tue, fou d'amour.
Cet homme riche, veut récupérer Zaïna en la mémoire de Salma, mais il ne peut l'acheter. 
Mustapha le père de Zaïna, revient récupérer sa fille et l'emmène, sans savoir, qu'elle allait reprendre la victoire de sa mère. 
La beauté du film, ses acteurs et de nos chères montures, font renaître l'histoire dans sa plus profonde nature.
Découvrez, aussi, les purs sangs arabes.
Je vous souhaite un bon film et une belle victoire .... plus grande que vous, celle qui vous dépasse, celle que vous vivrez avec la meilleure partie de vous, votre féminin uni et réalisé !!!
 
Je dédie cet article à Julie, une merveilleuse jeune femme d'origine marocaine par son père, qui porte la guérisseuse par héritage de sa mère, ma meilleure amie, dont le cheval est l'ami, et qui arbore cette magnifique chevelure de la victorieuse. Que la Zaina qui est en elle puisse oser la liberté, la vérité et la victoire de son Féminin. Elle fait partie des femmes qui sont notre avenir. Je t'embrasse Julie !
 


05/06/2014
7 Poster un commentaire